Panerai

La création en 1860 d’un petit atelier d’horlogerie par Giovanni Panerai dans l’une des maisons du Ponte alle Grazie, un pont sur lequel des habitations étaient bâties, à Florence, marque le début de l’histoire d’une entreprise d’horlogerie hors du commun. Dès 1871, il dut fermer cet atelier ; après plusieurs déménagements, il établit définitivement l’entreprise au n°3 de la Piazza San Giovanni. Ce fur la première école d’horlogerie florentine.

L’orolegeria Svizzeria, le nom donné à son magasin par Panerai, vendait et réparait des montres importées de Suisse sous le même toit, dans une pièce à part, Panerai se lança dans la fabrication d’instruments de précision. Mais l’essor de l’Officine Panerai en tant que fournisseur de la Marine Royale n’advint que plus tard, alors que le petit-fils de Giovanni dirigeait l’entreprise. Ce dernier se préoccupait tout particulièrement des bonnes performances de ses produits, dont la qualité fidélisa les chemins de fer italiens et les officiers de la Marine Royale.

Par la suite, l’entreprise devint un fournisseur important de la Marine Italienne, mais cela ne concernait pas les montres mais des équipements tels que des baromètres, des boussoles de poignet ou encore des sémaphores, etc.

Le « Radiomir » (un matériau phosphorescent, mélange de sulfure de zinc et bromure de radium) eut une application en horlogerie : utilisé sur les cadrans des montres Panerai, il en facilitait la lecture de nuit, ou même profondément sous l’eau. Panerai en tira profit et la marque fut ainsi chargée de la fabrication de la première montre pour nageurs de combat, baptisée du nom de ce matériau. Même si les premiers prototypes furent fabriqués par Rolex, les montres furent assemblées selon le principe Oyster de Panerai.

Lors de la livraison des dix premiers exemplaires en 1936, la Panerai Radiomir fut classée secret défense par la Marine. Après ce modèle Panerai conçut le chronographe Mare Nostrum et le Luminor. Mais elle ne fit breveter cette invention que plusieurs années après la fin de la seconde guerre mondiale (1955).

Les Radiomir et le Luminor continuèrent à être produites sans modifications notables après la seconde guerre mondiale, tout d’abord pour le seul usage militaire, puis en 1993 sous forme d’édition limitée (environ 1000 exemplaires).

La spécialisation dans les instruments de plongée à l’usage des professionnels, ses liens avec la marque culte Rolex ainsi que l’emploi de technologies qui lui sont apparentées, outre le fait qu’à peine trois cent cinquante montres Panerai furent produites entre 1938 et 1944 : tous ces éléments départ orchestré par le Richemont luxury Group en 1997. Les montres classiques (Vintage) du groupe Panerai originel en bénéficièrent également.